Forum laïque

Appel à signatures

vous pouvez signer cette lettre au Président en suivant le lien : https://www.touchepasamalaicite.fr/la-lettre

 

Monsieur le Président de la République, mon profond respect pour la fonction que vous occupez m’oblige à vous appeler et à vous reconnaître comme tel. Ainsi, je vous reconnais comme le représentant de la nation que je chéris tant, comme celui qui, depuis 1962, tire sa légitimité du peuple souverain, enfin, comme celui qui, garant de l’unité nationale, doit être aussi porteur de l’universalisme républicain, des valeurs démocratiques et sociales contenues dans notre bloc de constitutionnalité. Je le fais néanmoins avec de plus en plus de difficultés et, particulièrement depuis votre discours en forme d’homélie lundi soir à l’adresse d’une seule partie des Français, « les catholiques de France ».
 
À l’évidence, monsieur le Président, vous semblez vouloir porter trop de costumes en même temps. Ce « en même temps », s’il peut servir une rhétorique politique intéressante, n’a pas sa place dans la symbolique démocratique, laïque et républicaine que vous devez revêtir. Celui que vous devez incarner dépasse de loin celui que vous êtes. Si vous semblez épris d’une transcendance spirituelle, vous êtes bien oublieux de la transcendance républicaine à laquelle votre fonction vous oblige.
 
Monsieur le Président de la République, vous ne pouvez pas prétendre à être le garant du principe de laïcité et nier en même temps dans votre discours comme dans vos actes le principe de l’article 2 de la loi de 1905 de non-reconnaissance par la République des cultes.
 
Monsieur le Président de la République, vous ne pouvez pas attendre un quelconque don d’une communauté religieuse à la République et en même temps revendiquer que vous n’êtes que le serviteur de la seule communauté nationale.
 
Monsieur le Président de la République, vous ne pouvez pas incarner la République indivisible et en même temps reconnaître publiquement une « part catholique de la France ».
 
Monsieur le Président de la République, vous ne pouvez pas incarner la République démocratique si vous estimez que votre mission a une autre origine que le seul mandat que les Français vous ont donné afin que vous les représentiez.
 
Monsieur le Président de la République, vous ne pouvez pas incarner la République laïque et accepter le titre religieux de Chanoine de Latran, priorisant ainsi une religion sur les autres.
 
Monsieur le Président de la République, vous ne pouvez pas honorer la mémoire du colonel Beltrame qui a sacrifié sa vie en tant que serviteur de l’idéal collectif qu’est la République face à la pire dérive religieuse contemporaine, et en même temps, vouloir réparer un quelconque lien entre notre République et une religion.
 
Monsieur le Président de la République, veillez surtout à ne pas abîmer la fonction présidentielle, elle est permanente là où vous ne faites que passer, là où vous n’êtes qu’un des maillons de cette chaîne républicaine.
 
Je m’adresserai pour finir à Emmanuel Macron, l’homme cultivé, lettré et intelligent pour lequel, au-delà des divergences politiques, j’ai de l’estime. Étonné par cette prétention à vouloir dépasser une rupture historique qui le dépasse lui même, je lui rappellerai ce que disait le poète, ce qu’écrivait René Char : « Notre héritage n’est précédé d’aucun testament ». Par vos mots, vous avez souhaité dire et écrire ce qui ne peut l’être, par personne, encore moins par vous.
 
Comme le disait Pierre Mendès France, « gouverner, c’est choisir », et vous le savez, « choisir, c’est renoncer ». Alors à quoi souhaitez-vous renoncer Monsieur le Président ? La République laïque que vous vous devez d’incarner ou votre attachement à clamer partout votre mystique catholique et votre préférence pour cette spiritualité ?

les derniers articles du Forum Laïque

Aucun évènement à afficher.

9 décembre 2017

Forum laïque.org / 9 décembre 2017
 
le Forum Laïque et les associations "LaïcArt"," Esprit Laïque"," l'UFAL"," Laïcité30" ,"Laïcité06", "Le Cercle Ferdinand Buisson" souhaitent à la République un anniversaire lumineux en l'honneur d'une des lois les plus importantes de son histoire.
 
La loi du 9 décembre 1905 dite "loi de séparation des églises et de l'État"
Cette loi établit une séparation stricte de l'Etat et des églises.
 

 

1)L'État

L'État ,c'est l'ensemble des pouvoirs régaliens dont dispose la République pour fonctionner. Ainsi que l'ensemble des bâtiments qui accueillent le pouvoir!

Par extension, la totalité des personnes chargées de faire fonctionner le pouvoir est soumise à cette séparation. Les fonctionnaires fonctionnent et sont donc laïques pendant leur temps de fonctionnement.

Le statut des élus est différent. Ils sont une extension des citoyens qui les ont élus. Ils ne sont donc pas soumis à la séparation et peuvent donc témoigner de leurs croyances ou a-croyances. C'est une liberté inclue dans la loi de 1905, pour tous les citoyens! Et donc par extension aux élus.

L'exécutif est soumis à la loi de 1905 pour des raisons de constitution de l'état.
La constitution dit" la France est une République laïque, sociale, une et indivisible!"
L'exécutif étant le garant des institutions, il se doit d'être laïque !

2) Les églises

Le terme "Les églises" englobe l'ensemble des cultes et les bâtiments les recevant. Aucune religion n'est mentionnée dans le texte qui définit "la laïcité. C' est très important. En fait, l'état ne reconnaissant aucun culte, mentionner une religion rendait caduque le texte. Par extension, on peut donc admettre que les cultes constitués d'avant la loi de 1905, ou ceux que l'inconscient collectif qualifie de "nouveaux cultes en France" rentrent tous dans le champ de la loi.

D'autant que la loi française est rigoureuse. La constitution impose à tous l 'indivision. Il n'est donc pas admis que des lois s'appliquent ou ne s’appliquent pas à une partie de la population. C'est le principe d'égalité. Chacun est donc égal devant la loi et cela vaut par définition à toutes les formes de cultes!

Il n'y a donc pas de catégories ou d'échelles d'irresponsabilité face à la loi. Tous les cultes doivent être soumis à la loi!

3) Consciences

Seules les consciences sont libres. Elles sont une individualité de pensée. Elles sont liées ou non à un dogme, et peuvent s’exprimer librement.
En aucun cas, les consciences ne sont tenues de parler au nom du culte, puisque le culte lui doit se soumettre à la loi. Ainsi la foi peut s'exprimer librement vers les autres citoyens, ou vers le culte.

La promotion du culte par le croyant, relève du prosélytisme et peut être considéré comme une contrainte par les citoyens, une agression à sa propre conscience... Une intrusion dans sa liberté de parler ou non de sa foi ou de sa non foi! Alors que d'exprimer sa foi laisse le choix aux citoyens d'entendre ou non l'expression de la conscience croyante!

4) Séparation

Afin de ne pas laisser de passage entre l'état et le culte, le législateur a tenu à séparer. Pas à neutraliser!
Le culte n'est pas interdit mais doit respecter quelques règles simples.


 La plus importante de toutes, est de respecter les consciences même si elles sont différentes de sa propre conscience.


Le culte n'a pas vocation à interagir pour diviser la population en politisant son discours et en forçant la société. Et ne doit pas tenter de percer dans les institutions de l'état...
En contrepartie l'état ne gère pas l’exercice du culte et ne regarde pas, ni ne juge ce qui se dit dans les bâtiments cultuels. Sauf à tenir des discours haineux ou en contravention avec la loi, toutes les lois, pas seulement la loi de 1905.

5) Laïcité

La loi de 1905 est un diamant de libertés individuelles.

Elle permet de protéger les consciences du culte comme de l'État.

Inscrite comme principe constitutionnel dans le rappel "la République est laïque", cette loi cadre l'ensemble des décisions législatives et exécutives. Tout ce qui se fait en France au point de vue législatif, ne peut être en opposition avec la loi de 1905 ...et ce depuis 1946!
La période précédente étant justement le contre-exemple de ce qui arrive si on s'éloigne de la liberté de conscience.

Les lois portant statut du juif étant par définition un viol de l'esprit de 1905!

En conclusion

Sans cette loi, le déséquilibre des droits à la conscience mettrait en péril l'unité nationale, et la propension des cultes à l’expansion amènerait à une bataille des consciences, obligeant l'État à prendre parti envers l'un ou l'autre des cultes. L'État serait donc tenu de reconnaître les cultes constitués et de gérer les cultes.

Dans le meilleur des cas, l'oecuménisme sera la règle, mais le communautarisme divisera la population. Mais de mémoire d'homme il n y a jamais eu de coexistence pacifique avec des religions impérialistes et prosélytes.....jamais!!


L'oecumenisme se pratique entre croyants, jamais avec l'athéisme. L' a-croyance est une conscience comme les autres. Mais il s'agit d'une conscience non prosélyte et non organisée en corps intermédiaire.

 Ce mélange de conceptions et le manque de pédagogie sémantique de cette loi , soumise à l'interprétation de sociologues,pseudo humanistes, ou adjectiveurs en tout genre, et face aux attaques répétées et répétitives des religions constituées en puissances politiques à visée sociétale aménent le citoyen à taire son adhesion à ce qui constitue la base la plus solide de la constitution.

Ce n'est pas à nous de dire la loi!

Mais à l'état, maître chez lui, garant des libertés, des consciences, de la laïcité !

Profitons de ce 9 décembre 2017, pour informer et répéter que ce texte est moderne et adapté aux défis actuels si on n'en tord pas les mots pour le diminuer.


 

Appel à signatures

cette tribune initiée par Esprit laïque en partenariat

avec #Reseau1905 (ex-LaïcArt)

Et Laïcité 06

a besoin de vos signatures

suivez le lien ci dessous

Appel à signatures

 

Date de dernière mise à jour : 02/05/2018

×