Monique Plaza "en ligne"

Monica Plaza

 

Docteur en psychologie et chercheur au CNRS, depuis longtemps féministe

(cofondatrice de la revue Questions Féministes) et convaincue de la force du modèle

laïque français, inquiète de la montée de l'intégrisme islamiste, je tentais de

défendre mes idées sur Mediapart où j'avais un Blog (sous le pseudo de Monica M.)

et sur mon blog personnel de Monica «Harmoniques et Nuances».

 

Prise à partie comme «islamophobe» et «raciste», je partis à deux reprises de

Mediapart. Je suivis de très près la montée de l'État Islamique au Moyen Orient, la

résistance des Kurdes du Rojava dont le modèle de société laïque et antisexiste

était le contrepoint absolu de l'El, et m'inquiétai de l'émergence d'un mouvement

de djihadistes en Europe. Le voile islamique m'était toujours apparu comme un

dispositif sexiste, mais cette conception était non grata sur Mediapart, alors que je

m'appuyais pour la défendre sur des textes de personnes de culture musulmane

résistant à l'islamisme et le dénonçant. Ces personnes, il est vrai, n'avaient aucune

audience dans ce média, qui préférait Tariq Ramadan et les révolutions islamiques.

 

Nous tentâmes à quelques-uns de défendre la laïcité comme dispositif assurant la

liberté de pensée, de fonder la citoyenneté, nous essayâmes de critiquer l'intégrisme

musulman, mais ce fut mission impossible.

 

Je découvris alors la force du déni «ce n'est pas l'islam, ce n'est pas la religion», la

défense des religions, le relativisme socioculturel, la laïcité «ouverte»- bref une

idéologie aux antipodes de l'émancipation qui me semblait un concept central de la

gauche. Tout cela accompagné par une pléiade d'étiquettes infamantes collées sur

les mal pensants.

 

Lors des attentats de Charlie Hebdo, je vis, catastrophée, que la culpabilité était

retournée contre les victimes et je compris que j'étais abonnée à un média haut lieu

de l'islamogauchisme et qu'il était temps pour moi de le quitter définitivement.

Nous fûmes plusieurs à en partir et à nous retrouver sur Facebook. Où je découvris

d'autres personnes et un écho à mes propres pensées...