Mohamed Louizi commence ce soir une grève de la faim

Mohamed Louizi commence ce soir une grève de la faim contre l’infiltration islamiste. Soutenons-le!

Mohamed Louizi entame ce soir un jeûne de protestation volontaire. Ancien membre des Frères Musulmans, Mohamed combat l’islamisme avec vigueur, rigueur et courage depuis plusieurs années, ce qui lui a valu des procès à répétition qu’il a tous gagnés. Mais hélas, après une nouvelle goutte d’acide, la coupe de sa patience a débordé.

Alors qu’il venait d’être mis en examen ce mercredi 7 février 2018, par une juge d’instruction au TGI de Lille, dans le cadre d’un 5ème procès «pour diffamation», intenté contre l’un de ses articles, il a subi hier, vendredi 16 février, plus de deux heures d’interrogatoire au commissariat de Wattrelos (alors qu’il habite à Roubaix). Un Parquet francilien avait ouvert une 6ème enquête le visant et avait accepté la plainte d’une personne contre lui.

Or cette personne, tenante de l’islamisme, l’avait en septembre 2017 excommunié publiquement en le qualifiant de «Zindîq» (زنديق) - hérétique et apostat - après qu’il eut publié son essai «Plaidoyer pour un islam apolitique». Cette qualification était menaçante car elle délivrait symboliquement un permis de tuer. Mohamed avait donc porté plainte contre cette personne au commissariat de Roubaix, le 28 septembre 2017. A ce jour, non seulement cette plainte est restée sans suite, mais Mohamed a appris hier qu’il n’y en avait aucune trace dans le portail du Ministère de l’Intérieur, censé regrouper toutes les plaintes.

Et voilà cette personne déclarant qu’elle vit désormais dans la peur, que l’on a piraté son compte Facebook et que l’on a supprimé toutes ses publications (dont Mohamed Louizi a heureusement conservé et pu joindre les captures d’écran). La voilà attaquant Mohamed Louizi pour «diffamation, dénonciation calomnieuse et mise en danger de la vie d’autrui».

Mohamed Louizi s’étonne de la réactivité du Parquet, qui au lieu d’orienter son action contre la radicalisation islamiste, l’oriente vers ceux qui, comme lui, dénoncent le projet islamiste et ses acteurs. Ceci est d’autant plus surprenant que toutes les enquêtes très précises et très documentées de Mohamed Louizi sur les collusions médiatiques et politiques existant en France avec l’islamisme, soit n’ont pas été objets de plaintes en diffamation, soit ont été validées par la justice puisqu’il a gagné les procès qui lui ont été intentés.

Mohamed ne demande aucune Justice d’exception. Il ne souhaite pas se soustraire à la Justice. Il assume tout ce qu’il a écrit. Mais il dénonce toutes ces procédures abusives ayant obtenu, par six fois consécutives et dans un temps très court, l’assentiment du Parquet. Il n’a plus ni les moyens, ni les ressources mentales et psychologiques pour y faire face.

Mohamed s’insurge contre les projets des islamistes, qui veulent vider la République de sa substance laïque, de son essence démocratique, pour la soumettre à leur domination. Il entame ce soir à minuit un jeûne de protestation volontaire, en attendant que l’État se ressaisisse, qu’il réexamine, sans parti pris, toutes ces plaintes, hélas validées par le Parquet, et qu’il fasse le tri entre les citoyens qui veulent protéger la laïcité et la République et ceux qui veulent les détruire pour instaurer, à terme, l’islamisme et ses lois.

«J’ai refusé, dit Mohamed, tous ces carcans idéologiques qui sèment les haines et les ruptures. J’ai fait abstraction de toutes les «identités meurtrières». J'ai refusé la soumission aux injonctions islamistes que je dénonce. Je n’ai pas circoncis mon fils. Son corps ne m’appartient pas. Il n’appartient pas, non plus, à la communauté musulmane d'ici ou d'ailleurs. Je n’ai pas voilé mes filles. Leurs cheveux, comme leurs corps, ne m’appartiennent pas. Ils n’appartiennent pas, non plus, à la communauté musulmane d'ici ou d'ailleurs. Le chemin vers Dieu ne passe ni par le «zizi» de mon fils, ni par les cheveux de mes filles. Avoir la foi en Dieu, avoir la foi en l’humain, n’est ni histoire de zizis coupés, ni histoire de cheveux voilés.»

«Dès cette nuit, place au jeûne de protestation volontaire, à mes risques et périls. Puisse la laïcité retrouver la joie des grands jours. Puisse la République sortir saine et sauve du guet-apens islamiste qui obscurcit son âme et jette son voile sur son horizon».

https://www.facebook.com/mohamed.louizi/posts/10215844892580177

Mohamed Louizi (2016). Pourquoi j'ai quitté les Frères musulmans, Michalon.

Mohamed Louizi (2017). Plaidoyer pour un islam apolitique. Michalon.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×