FranceTVéducation, plus d'ignorance que de pédagogie.

   FranceTVéducation, plus d'ignorance que de pédagogie.

     FranceTVéducation, site du service public de l'audiovisuel destiné à l'éducation et à la jeunesse, a produit avec l'argent du contribuable une vidéo censée lutter contre les discriminations envers les musulmans mais qui, en réalité, ne fait que véhiculer la propagande de leur frange intégriste.

Cette vidéo commence par nous expliquer que le terme "islamophobie" est fréquemment utilisé. FranceTV le valide donc sans se poser la moindre question sur l'essor de ce terme et ses promoteurs. Il faut rappeler qu'il a été développé par les intégristes musulmans pour rétablir le délit de blasphème, empêcher toute critique de l'islamisme et remise en cause du voile et du sexisme qui l'accompagne. En 1979, dès le début de la révolution islamique en Iran, l'ayatollah Khomeini avait popularisé ce terme pour stigmatiser les iraniennes qui refusaient de se voiler. Quel a été le moyen utilisé par ce "fou de Dieu" pour lutter contre cette "islamophobie" ? L'obligation par la loi du port du voile pour toutes les femmes afin de protéger les hommes de la tentation sexuelle et de l'impureté de leurs corps. Un détail que FranceTVéducation a omis de rappeler dans sa petite vidéo de "tolérance".

 
La vidéo tombe alors dans un travers corollaire : "l'islamophobie" n'est plus la peur d'une idéologie religieuse, l'islam (véritable sens du terme). Elle se transforme en "ensemble des réactions et des actes de rejet vis-à-vis des personnes musulmanes ou supposées l'être". Le titre orienté de cette vidéo est d'ailleurs "islamophobie, plus de haine que de peur". La possibilité de critiquer une religion, d'exprimer ses craintes (fondées ou non) ou de s'en moquer, est ainsi assimilée à de la haine et des attaques envers les individus. C'est la définition exacte du CCIF, ce collectif d'extrême droite islamiste qui tient justement des propos virulents vis-à-vis des "personnes musulmanes ou supposées l'être" qui ne correspondent pas à sa vision extrémiste de l'islam.
Par son titre et son propos, FranceTVéducation explique ainsi à la jeunesse que la liberté d'expression s'arrête là où l'islam commence.
 
Un seul élément du CCIF n'a pas été repris par FranceTV : la vidéo explique bien que "l'islamophobie" n'est pas un délit. Sa complaisance a trouvé sa limite par la réalité du code pénal, peut-être à regret ?
 
La vidéo fait aussi allusion à des discours politiques qui seraient "islamophobes". Si effectivement le FN et autres polémistes d'extrême droite sont clairement antimusulmans, il y a des personnalités politiques et intellectuelles telles que Manuel Valls, Malek Boutih ou Élisabeth Badinter qui sont dans la lutte contre l'islamisme sans être antimusulmans. Que nous soyons d'accord ou non avec ces derniers, ils n'ont rien de comparable avec l'extrême droite dont ils sont les premiers adversaires. Or, le CCIF les classe pourtant parmi les "islamophobes". Cet argument de FranceTVéducation ne sort pas de nulle part. Il a été avancé en début d'année par le CCIF lors de la présentation de son dernier rapport d'activité. Puisque les actes et propos antimusulmans ont été en net recul en 2016, il fallait bien trouver un autre angle d'attaque pour poursuivre la victimisation. Là encore, FranceTV se fait le relais de la propagande islamiste.
Alors dites-nous FranceTVéducation, qui classez-vous dans quelle catégorie ? En effet, comme il est dit dans la vidéo, la frontière entre peur, critique de l'islam et rejet des musulmans est parfois ténue. C'est pour cela que FranceTV mélange allègrement l'un et l'autre en confondant musulmans/intégristes musulmans et liberté d'expression/propos antimusulmans, grâce à son travail prémâché par le CCIF.
 
Quelle image est mise en illustration dans cette vidéo pendant qu'on nous explique que "l'islamophobie, c'est pas bien" ? Celle d'un barbu en djellaba et pantoufles à côté d'une femme voilée. La petite fille qui les accompagne est tête nue. Son corps n'étant pas sexuellement actif, le voile lui est pour le moment inutile. Quoique certains intégristes ne s'arrêtent pas à ce genre de détails pour voiler les fillettes afin de les habituer au sort qui les attend. FranceTV aurait alors pu aller jusqu'au bout de sa complaisance en la voilant également, par esprit de tolérance et de lutte contre "l'islamophobie"... Comme caricature des musulmans, comme essentialisation également, on ne pouvait pas faire pire. FranceTV valide à son tour l'idée qu'une musulmane s'identifie d'abord par un voile, donc d'abord par un sexisme moyenâgeux. L'objectif des islamistes de faire du voile l'élément identificateur de la musulmane, comme cheval de Troie de leur conquête idéologique, est en passe d'être atteint. C'est cela que le service public nous demande d'accepter et de ne pas critiquer sous peine d'être accusé "d'islamophobie" (qui, je le rappelle, n'est pas un délit). Ce qui voudrait aussi dire que les musulmanes non-voilées seraient moins musulmanes que les autres, et les musulmans luttant contre l'intégrisme seraient… "islamophobes". Or, c'est par attachement à leur religion, par désir d'affirmer les valeurs de la République, par la volonté de défendre ce bien précieux qu'est la laïcité et la hantise d'un retour en arrière concernant les femmes, qu'ils luttent contre les islamistes. FranceTV contribue à son tour au discrédit des musulmans modérés par son soutien à la frange intégriste de l'islam. Elle contribue ainsi à ce qu'elle prétend combattre puisque cela ne fait que rajouter de l'inquiétude à la société qui pousse fatalement certains au délit par des propos et des actes antimusulmans.
 
Ainsi, le ras-le-bol croissant de la société française face à cette présence de plus en plus visible de la radicalité religieuse est perçu par FranceTV comme de l'intolérance. Pourquoi pas. J'attends donc une autre vidéo qui dénoncerait l'injuste discrimination envers les intégristes catholiques de Civitas, les Lefebvristes et autres nostalgiques d'une France chrétienne.
 
L'ombre du CCIF sur cette vidéo se dévoile lorsque la voix off déclare que les chiffres énoncés, censés être des preuves, sont issus de ce collectif islamiste. Le parti pris est bien là, l'objectivité est au placard. Car les fameuses "statistiques" du CCIF n'ont jamais été crédibles. A tel point que, face aux critiques, il n'en publie plus les détails depuis plusieurs années. Nous n'avons donc aucune idée des critères exacts du CCIF qui permettraient de déterminer si un élément est "islamophobe" ou pas. Aucun détail non plus sur les actes référencés, à part les quelques cas médiatisés pour justifier sa "légitimité" de défendre les (intégristes) "musulmans". Et pour cause, à l'époque où le CCIF les rendait publics, on s'apercevait qu'il classait tout et n'importe quoi comme "acte et propos islamophobe". C'est tout juste si un pigeon lâchant une fiente sur le balcon d'une femme voilée n'était pas considéré comme un acte "islamophobe" (j'exagère à peine).
Il est surprenant que FranceTV accorde du crédit et cite les chiffres invérifiables d'un collectif ultra-identitaire dont la seule volonté est le développement de la doctrine des Frères Musulmans, plutôt que d'utiliser les chiffres plus sérieux et vérifiables du Ministère de l'Intérieur. Mais peut-être que FranceTV considère que son employeur, l'État, serait trop "islamophobe" pour être fiable ?
Si effectivement le décalage avec les chiffres du Ministère de l'Intérieur s'explique en partie par le fait qu'il ne recense que les plaintes et mains courantes déposées, cela s'explique aussi par le volontaire manque de sérieux du CCIF qui trouve un intérêt certain à gonfler ces chiffres pour dessiner une situation anxiogène où les musulmans seraient persécutés.
 
Quelles que soient les sources officielles, les conclusions sont les mêmes : les actes et propos antimusulmans sont en recul (le CCIF a dû s'y résoudre dans son dernier rapport), malgré les craintes envers l'islam suscitées par l'expansion de l'islamisme politique au détriment de la laïcité et de l'égalité des sexes, et malgré les actes terroristes atroces commis au nom de cette religion. De plus, pour que les chiffres soient parlants, il faut les mettre en perspective avec les actes et propos antisémites et antichrétiens. Ce que cette vidéo ne fait pas. Or, on s'aperçoit que les atteintes les plus nombreuses sont dirigées contre des biens chrétiens (lieux de cultes, cimetières). Les actes physiques contre des musulmans sont heureusement rares. Mais quand ils se produisent, aucun d'entre eux n'a atteint le degré de violence subie par le père Jacques Hamel, égorgé parce que représentant de l'Église par un terroriste qui se réclamait de l'islam. Quant à l’antisémitisme, il y a presque deux fois plus d’actes et propos antisémites que d'actes et propos antimusulmans alors que cette population est six fois moins importante en France que les musulmans. Et les actes et propos antisémites commis par des français musulmans sont en augmentation…
Le CCIF n'a jamais été dans ce type d'analyses. Cela ne collerait pas avec sa stratégie de victimisation permanente. Une stratégie qui va jusqu'à utiliser un des arguments phares des Frères Musulmans que l'on voit brièvement passer dans la vidéo de FranceTVéducation : la comparaison entre la situation des juifs dans les années 30 et celle des musulmans aujourd'hui. Oui, l'extrême droite a toujours eu besoin d'un bouc-émissaire, dont les juifs ont une place de choix, pour expliquer les problèmes du moment. Mais cette comparaison entre juifs des années 30 et musulmans d'aujourd'hui est choquante et historiquement fausse. J'avais écrit un article à ce sujet pour démonter point par point cet argumentaire victimaire tout droit issu des intégristes musulmans, dont le CCIF (1). En le reprenant, FranceTV joue un jeu dangereux qui ne peut que cliver encore un peu plus la société.
 
Plus nous avançons dans le visionnage de cette vidéo, plus FranceTV s'enfonce dans le manque de professionnalisme. Elle explique que "l'islamophobie" aurait pour origine l'amalgame "islam-islamisme radical-terrorisme". Or, en déclarant cela, c'est bien FranceTVéducation qui nage en pleine confusion. Il est vrai que la peur de l'islam a pour origine le terrorisme, mais aussi l'islamisme politique dont le CCIF est la tête de proue, aujourd'hui promue par le service public. Seulement les termes utilisés dans la vidéo montrent le peu de maitrise du sujet. L'islamisme est par définition radical. Sinon, quel serait l'islamisme modéré ? Parle-t-on par exemple de nazisme radical sous-entendant qu'il y aurait un nazisme modéré ? Il ne faut pas confondre l'idéologie avec les moyens mis en œuvre pour la réaliser. Pour faire simple, les islamistes se partagent en deux tendances dans leurs moyens d'actions. La première est la violence à travers le terrorisme. La deuxième est le prosélytisme à travers l'action politique, associative, éducative et culturelle. Les origines idéologiques et objectifs sont les mêmes, seuls les moyens et le calendrier diffèrent. Les djihadistes veulent s'imposer maintenant et par la force. L'islamisme politique, quant à lui, a pour devise "on a le temps". Par le "djihad des tribunaux", le prosélytisme de terrain, les actions "culturelles et éducatives", l'acceptation du voile par la société et la culpabilisation à travers le concept "d'islamophobie" (à laquelle FranceTV apporte sa pierre), il désire convaincre, non pas contraindre directement. Ce qui lui permet de passer pour plus modéré que les djihadistes. Comparer le CCIF à DAESH rend ce collectif moins radical puisque non violent physiquement. En revanche, le comparer à des musulmans modérés comme Mohamed Arkoun ou abdennour bidar dévoile la radicalité du CCIF.
"Islamisme radical" est donc un pléonasme. On peut parler d'islam radical ou d'islamisme tout court, puis détailler en les nommant "islamisme djihadiste" et "islamisme politique".
 
Pensant bien faire, la vidéo se termine par une affirmation que nous entendons régulièrement : "l'islam est une religion de paix". Il suffit d'ouvrir le coran pour s'apercevoir du contraire. Les versets violents sont bien plus nombreux que les versets pacifistes. Quant au mot "amour", il est écrit nulle part. En y ajoutant les violences commises au nom de cette religion, cela ne fera pas changer d'avis les personnes ayant une image négative de l'islam. Cependant, on y trouve aussi le mot "salam" qui veut dire "paix", ainsi que la contextualisation des textes coraniques qui permet de vivre l'islam comme une spiritualité tout autant respectable que les autres religions. L'islam n'est donc pas une religion de paix ni de guerre, tout comme le christianisme (souvenons-nous de l'Inquisition et des conversions forcées et violentes des Amérindiens en Amérique latine actuelle par exemple, tout ceci au nom de Jésus). L’islam est ce qu’on veut qu’il soit. C'est toute la beauté de cette religion qui lui permet de s'adapter à l'époque et au lieu où elle se trouve, quand on prend la peine d'écouter les musulmans modérés. Mais c'est aussi son point faible qui permet aux islamistes de justifier leurs choix.
En rappelant l'affirmation "l'islam est une religion de paix", qui intellectuellement ne repose sur rien, après le déroulement de son raisonnement prémâché par le CCIF, nous pouvons comprendre le message suivant : remettre en question cette affirmation serait de l'intolérance, de "l'islamophobie". Ce site du service public a pourtant comme ambition d'apprendre l'esprit critique à la jeunesse…
Le slogan de FranceTVéducation est "cultiver l'envie d'apprendre". Il serait bien que les créateurs de cette vidéo commencent à s'y mettre pour eux-mêmes.
 
C'est pour toutes ces raisons que la phrase de conclusion en fin de vidéo est surréaliste : "le meilleur moyen de lutter contre l'islamophobie est de lutter contre l'ignorance". Au contraire, le meilleur moyen de lutter contre les actes et propos antimusulmans est de lutter contre le terme "islamophobie" et l'ignorance de structures telles que FranceTVéducation qui préfèrent soutenir la radicalité du CCIF, et contribuer à la validation de l'islamisme comme étant le véritable islam. Et ce, au détriment des musulmans modérés que FranceTV abandonne en les condamnant à être assimilés à leurs coreligionnaires radicaux ou à être "excommuniés".

Les deux extrêmes droites peuvent remercier FranceTVéducation. Le CCIF est ravi de partager cette vidéo sur son site internet, sa page Facebook et son compte Twitter. Quant au FN et tous les identitaires nationalistes, ils pourront s'appuyer sur cette "œuvre d'art" pour alimenter leur fond de commerce. Le service public ne pouvait pas faire pire. Le CCIF ne pouvait pas rêver mieux.
 

(1) Le CCIF et sa référence à l’Allemagne des années 30, l’arroseur arrosé

Ajouter un commentaire

 
×