Mireille Knoll assassinée à Paris le 23 mars 2018

 

New knoll jpg jpg size custom crop 1086x724

Le symbole est terrible. Le crime est terrible.
A Paris, en 1942, âgée de 9 ans, Mireille Knoll échappait à la rafle du Vel d’Hiv et à la mort.
A Paris, en 2018, à 85 ans, elle est assassinée chez elle par un voisin musulman qui lui assène onze coups de couteau et incendie son appartement. Selon le Bureau national de la vigilance contre l'antisémitisme (BNVCA), citant une information du Parisien, "la victime avait déposé des mains courantes contre un riverain qui l’avait menacé de la faire brûler. Ce dernier aurait été vu dans son appartement".
Après le meurtre de Sarah Halimi, dont il a fallu attendre presque un an pour que la juge retienne le caractère antisémite du crime, que va-t-on devoir faire pour que notre gouvernement prenne enfin la mesure du réel ?
L’antisémitisme tue. L’islamisme tue.
A quand une lutte idéologique pour neutraliser ceux qui arment les cerveaux des tueurs ? A quand l’affirmation et la défense farouche de nos valeurs républicaines ? A quand la fin des compromis par œcuménisme béat ?
Nous ne pouvons plus tolérer d’entendre que le danger, c’est la laïcité radicale.
Nous ne pouvons plus tolérer d’entendre que le danger, c’est l’islamophobie.
Près de 40 % des actes racistes recensés dans notre pays sont des actes antisémites alors que nos compatriotes juifs représentent à peine 1 % de la population. De 2016 à 2017, les actes antisémites violents ont augmenté de 26 %.
Tuer quelqu’un pour ce qu’il est, c’est une logique génocidaire.
Laisser le cancer de l’antisémitisme se répandre, c’est saper la République sur ses bases, c’est l’abandonner au chaos. Et à la honte.
 

Date de dernière mise à jour : 27/03/2018

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau