L'islamisme, ou islam politique

L'islamisme, ou islam politique, ne cesse d'avancer.

Il ne représente pas le monde musulman, il ne représente bien souvent qu'une minorité, mais aujourd'hui, il s'affiche.

Pour preuve, 52 candidats en France pour les législatives sous l'étiquette PEJ (Parti Egalité Justice), parti étroitement lié au Conseil pour la justice, l'égalité et la paix (Cojep), une ONG internationale qui constitue, partout où elle s'implante, le relais de l'AKP, le parti d'Erdogan. (article Marianne du 19/05/17).
Et toujours le même discours : pas un mot sur daesh quand ils parlent de terrorisme, lois françaises considérées comme, revendication pour la reconnaissance des cultes...

Nous en avons une illustration dans les Alpes Maritimes, 3ème circonscription.

Karim Akasbi est président de la FMS, Fédération des Musulmans du Sud. Cette fédération, apparue dans la région il n'y a même pas deux ans, s'est déjà illustrée en organisant la venue de Hani Ramadan (voir capture d'écran ci-dessous). Pour rappel, Hani Ramadan, frère de Tariq Ramadan, s'est vu interdire le territoire français par le ministère de l'intérieur. Ce triste individu s'était notamment illustré par ses propos sur les femmes non-voilées, qui passeraient de main en main telles des pièces de deux euros.

Son ancienne porte-parole, Feiza Ben Mohamed, se présente également dans une autre circonscription, sans étiquette.

Ce candidat a fait un passage en 2014 au sein du PS 06, puisqu'il était sur la liste des municipales pour la ville de Menton, comme indiqué dans l'article de Nice-Matin ci-dessous. Nous regrettons d'ailleurs que personne d'autre que ce sinistre Philippe Vardon, identitaire niçois et conseiller régional FN, ne prenne la peine de dénoncer ce genre de candidature.
Nous ne devons pas laisser à l'extrême droite et à de tels individus le devoir de dénoncer les stratégies d'entrisme politique développées par ces candidats.

Laïcité 06 a relevé pour vous les points du programme de Karim Akasbi qui vont à l'encontre de nos valeurs républicaines.

Dans ce programme, on dit non au vivre-ensemble, mais oui au « bon » vivre-ensemble.
Le « bon vivre-ensemble », ce serait une "politique éducative adaptée, selon les milieux où ils (les élèves) se trouvent" : cela signifierait-il la fin de l'égalité et de l'unité sur tout le territoire ?

On y parle de « lutter contre les actes racistes » en mettant « un terme aux lois racistes »... sans plus de précisions. S'agit-il de la loi de 2004 interdisant le voile à l'école ? Sans doute. Encore faudrait-il le préciser, mais la clarté ne semble pas être leur spécialité, et on peut se demander pourquoi. Laïcité 06 pense que cette affirmation signifie que la France promulguerait des lois racistes. C'est une attaque directe contre la République.

On y fait la promotion du « multiculturalisme », on demande la « reconnaissance de l'ensemble des cultes ». Sans doute ce candidat ignore-t-il l'article 2 de la loi de 1905 : « L'Etat ne reconnaît, ne salarie ni ne subventionne aucun culte ».
Dans la même veine, on évoque la « diversité culturelle et cultuelle ».

Concernant la lutte contre le terrorisme, le langage s'obscurcit encore davantage. Il faut lutter, mais « sans faire de distinction entre bon et moins bon terroriste ». Peut-être le candidat se plaint-il du fait qu'on désigne les terroristes comme étant islamistes ?
Il évoque aussi la "préservation de l'ordre public sans chercher à légitimer un groupe terroriste reconnu comme tel sur le plan international". Ce passage est tellement abscons que nous le laisserons à votre appréciation.

Et bien sûr, aucune apparition du mot laïcité, mot banni du vocabulaire de ce candidat et de ce parti.

A très bientôt pour la présentation de la seconde candidate sans étiquette évoquée plus haut.

L’image contient peut-être : océan et texte
Aucun texte alternatif disponible.
Aucun texte alternatif disponible.
Aucun texte alternatif disponible.

Ajouter un commentaire