La "presque" interview du président d'Esprit Laïque.

.La "presque" interview du président d'Esprit Laïque.


- "Pourriez vous présenter votre association ?"
- "Il s'agit d'une association nationale lancée le 9 décembre 2017. Elle a vocation à défendre les valeurs républicaines et la loi de 1905"
-"Pourquoi recréer une nouvelle association laïciste?"

-"Euh, non, il s'agit d'affirmer la loi de 1905 afin de retrouver l'esprit qui a découlé de son application !"
-"L'esprit de la loi? Considérez-vous que supprimer les religions et interdire le voile et les croix sur les tabourets va dans le sens d'une société en accord avec les droits de l'homme ??"
- « La loi n'interdit pas la religion, ni son expression. Elle impose juste des limites à la manifestation des consciences. Le port du voile n'est d'ailleurs pas interdit, hors l'école républicaine ! La loi de 1905 interdit d 'apposer des signes religieux dans les endroits où se pratique le pouvoir républicain, ainsi que de "privatiser " des espaces communs (publics) afin de ne pas laisser à penser qu'il y aurait un culte prioritaire.
Le principe d'égalité fait que la République se conforme à la Convention des Droits de l'Homme, en allant même plus loin que certains pays signataires, puisque l égalité homme /femme est sans réserve, même si dans les faits, c'est imparfait"
-"On vous accuse souvent d'être une association gauchiste, «facho», raciste et dans le déni de l'islam ? Pourquoi vous en défendre ?
-" C'est une très bonne question...et je vous remercie de me l'avoir posée. Esprit Laïque est une association apolitique, et elle n'est le sous-marin d'aucun parti politique. Nos positions sont républicaines ce qui implique un centre citoyen "de droite comme de gauche". Ceux qui nous qualifient de gauchistes sont au-delà de ce centre républicain, tout comme ceux qui nous qualifient de « facho ». Lorsqu'on redit les valeurs d'égalité, de liberté et de fraternité et que l'on nous colle des noms d'oiseaux, la réponse coule d'elle même. Non?
La question du racisme est sensible ! Dans ce terme, il y a plusieurs significations cachées en fonction de qui les profèrent. Les islamistes en France ont développé des accusations de racisme autour du concept d'islamophobie. Ils essentialisent. En accusant ainsi les personnes qui critiquent l'expression du culte, ils englobent la totalité des musulmans en les identifiant à une communauté spécifique. Cette identification sous entendant une race «cultuelle», "culturelle". Ce fonctionnement est mondial et organisé. Je considère cela comme un racisme, puisse qu'il s'agit d'une assignation raciale. C'est même ici qu'est le noeud puisqu'en France, le culte n'est pas reconnu par l'État. On constate donc la visée politique de ces pratiques racistes et non plus liée à la religion.
Une autre explication des accusations de racisme que nous subissons, même si on s'aperçoit que c'est lié avec l'islamisme décrit plus, vient d'une autre façon. Le racialisme!
Ici les positions colonialistes de l'histoire française amènent une partie de la population à demander des comptes. Mais pas n'importe comment ! En fonction de la couleur de peau. C'est ce qu'on appelle le racialisme. Et je considère qu'il s'agit ici d'un racisme comme les autres. C'est même beaucoup plus clair que l'essentialisme islamiste, puisque il est affirmé, dans le cas du racialisme, qu'il faut séparer les minorités visibles des blancs. Cette non mixité est un racisme violent, un apartheid entre les citoyens et une division volontaire de la population.
Au bureau d'Esprit Laïque, nous sommes mixtes! Mais ce n'est pas l'essentiel nous sommes avant tout républicains et laïques, donc nous combattons le racisme, sous toute ses et ces formes.
Ensuite, au sujet de l'islam, nous considérons que si la loi de 1905 est appliquée, il n'est pas un problème. L'islam en France n'est qu'un culte et doit être traité comme tel. C'est l' islamisme qui pose problème puisqu'il s'agit d'une importation des rigorismes, ou des orthodoxies de pays où la charia est le modèle politique ou en passe de le devenir.
Le but étant de remplacer le système démocratique et républicain (pour la France) par une emprise politique diffusé, liée de loin à l'islam dans sa forme de croyance ou de culte quiétiste. Le quiétisme étant ici une croyance et un rite personnel et non pas comme est structuré l' Islam quiétiste , noyauté qu'il est par des courants de pensée rigoristes.
Je parle ici de foi et non de mouvement. Les mots ont un poids.
Il devient donc essentiel que la loi de 1905 soit appliquée strictement afin de séparer foi et politique ! On assistera donc à la séparation entre des concepts que les idéologues s'acharnent à mélanger.
La conscience des croyants sera donc sous protection de la loi, obligeant ainsi la partie politique à se montrer. Nous pourrons donc régler le pas, sans rentrer dans l' exégèse qui est le biais où tout nos politique tombent en se défendant d'amalgame. Cet amalgame est lié au mélange entre foi personnelle et islamisme.
- C'est un peu chiant vos explications ! Pourquoi ne pas dire que l'islam n'a rien à faire en France et que ceux qui sont pas d'accord doivent partir? C'est quand même plus simple!
- Parce que si c'était simple, on le ferait.
Ce serait une réponse essentialiste à un problème essentialiste ! Ce qui serait un comble pour qui porte les valeurs républicaines d'égalité et de fraternité, et plus encore de liberté. Devenir ce qu'on combat, serait le pire qu'il puisse arriver à un pays spécifique comme la France. Rappelons que l'essentialisme est un racisme, puisque c 'est une assignation par la culture ou le culte à une "race" spécifique. Ça validerait les thèses islamistes et des orthodoxies chrétiennes qui rabâchent que la France et accessoirement l'Europe sont chrétiennes et que l'Islam doit être bouté hors de France, et à contrario que l'islamisme a vocation à l'expansion et à l'impérialisme internationaliste.
C'est la thèse de Camus, le châtelain, tenant du choc de civilisation chère à la droite dure et à l'extrême droite.
Donc on ne peut pas faire assigner par l'état, qui n'est pas un parangon religieux puisque laïque, une population que la majorité des Français considère comme des ennemis intérieurs et foutre tout le monde dehors pour des raisons essentialistes, qui ne sont pas le credo de la République.
Cela reviendrait à imiter le modèle pétainiste en assignant des causes probables à une population en tenant compte d'a priori sans avoir permis de remettre en place ce qui a " désessentialiseé" la France d'après 1905, soit la loi de séparation des églises et de l'état.
-" Donc en fait, vous voulez interdire Noël ET l'Aïd ?"
- "Euh non! On veut juste que les traditions religieuses soit religieuses et en l'occurrence le culte à des endroits spécifiques pour s' exercer.
Le cas de Noël, est intéressant, il est partagé par une très grosse majorité de nos concitoyens et revêt un caractère différent pour une partie de la population.
Encore une fois le culte a des endroits spécifiques pour s'exercer et le ca des crèches de Noël dans les mairies est un exemple du mélange des genres. Les diocèses n'ont qu'à inviter des artisans santonniers dans leurs nefs. Il ne viendrait à personne l'idée d'aller installer des urnes électives dans les cathédrales. Donc Jésus dont le culte est prégnant en France peut être célébré dans les églises, sans déborder sur les espaces régaliens. C'était ainsi jusqu'en 1988, on ne peut donc pas en faire une tradition séculaire. De mémoire, à Nazareth, il n'y avait pas de mairie ni d'état-civil pour déclarer la naissance du christ.
C'est aussi une manière de ne pas permettre à d'autres cultes de prendre le biais, de s'étendre dans des espaces non indiqués pour la pratique du culte, comme pour l'Aïd à la mairie de Paris.
- "Diriez vous que la laïcité est une idéologie radicale, voir radicalisante à l'instar du Président de la République ?
- En tout etat de cause, la laïcité n'est pas une idéologie, mais un cadre qui a permis de ne pas sombrer dans le communautarisme à l'anglaise ou dans le bipartisme politiquement violent des sociétés du nord de l'Afrique. Le grand écart entre démocrate et théocrate, avec des forces politiques qui s'affrontent sur des terrains idéologiques au détriment de la société civile n'a pas lieu d'être dans une société laïque ! Politique et religion doivent être séparées, pour laisser le choix au citoyen de pratiquer l'un ou l'autre sereinement.
Ensuite comment être taxé de radicalisme, lorsqu'on demande l'application de la mère de toute les lois en France ? Les légalistes seraient donc des radicaux?
La loi de 1905 est le cadre constitutionnel de toutes les lois votées en France depuis 1948. En quoi il serait radical de demander son application et ce quelqu'en soit le motif?
Transposons ça ainsi: la loi dit "le meurtre est passible de 30 années de réclusion" serions nous radicaux en répondant que nous sommes pour l'application de la loi, si d'autres désiraient que cette peine ne soit plus usitée ? Ou encore que le trafic d'organes soit décriminalisé ?
Bien sur que non, il n'y a aucun radicalisme à demander l'application d'une loi qui couvre toutes les autres.
- Merci à vous pour cette entrevue, je rappelle que vous êtes le président d'Esprit Laïque, une association nouvelle, de défense de la loi de 1905 et de la laïcité en général . A bientôt!
- A votre service !

L’image contient peut-être : texte
 

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×