La République de l'émotion ou la République de l'action ?

La République de l'émotion ou la République de l'action ?

Les évènements dramatiques de Trèbes et Carcassone (1) font ressurgir, une fois encore, le spectre de la mainmise du terrorisme islamiste sur notre façon de vivre et penser notre relation aux autres.
Une fois de plus, la résilience de toute une population est mise à l'épreuve par les terribles images de ces derniers attentats qui ravivent celles plus anciennes.
Alors même que les survivants de Nice soignent encore leurs douleurs physiques et morales, voilà que de nouveau le cycle mortifère reprend et que la communication gouvernementale ne nous propose toujours que l'émotion comme réaction.



L'allocution du ministre de l'Intérieur(2) ne donne aucune perspective quant aux suites de cet attentat. Alors que nous attendions un langage clair sur la situation, nous avons eu une démonstration de contrition. Sur le fond, le ministre nous explique que le terroriste est en réalité un petit dealer de quartier radicalisé dont on ne pouvait prévoir le passage à l'acte. Que les services ont fait le maximum à savoir recenser ce fiché S dans ses déplacements.
Ces positions entendues déjà ad nauseam pour les attentats précédents démontrent les limites d'un système à se protéger, à protéger les citoyens. On tente une nouvelle fois de nous faire entendre que seuls les individus sont un problème, et que le discours qui construit les radicaux n'est pas criminel. Mais à force de répétition et de comptages de victimes, cette façon d'aborder les choses devient maintenant le danger lui-même.



Nous avons entendu ainsi le ministre faire l'éloge du lieutenant-colonel Beltrame (3) dont l'acte héroïque a conduit à sa mort. Mais ce valeureux gendarme a été tué par un terroriste islamiste dans l'exercice de ces fonctions. Pas par un dealer de quartier. Un tueur islamiste endoctriné par une idéologie criminelle qui vise à développer le djihad sur le sol français. Le tout relève bel et bien de la responsabilité du ministre de l'intérieur.



Dans le même temps le président de la République s'attelle à présenter la laïcité et ses fervents défenseurs comme un danger (4). Or il serait plus intéressant qu'il se tourne vers la loi de 1905 telle qu'elle est plutôt que comme l'interprète tout un banc politique. La laïcité est un principe républicain dont il doit être le plus fervent défenseur, et non un œcuménisme, tremplin pour discuter d'aménagements de pensée. Car ce sont ces aménagements qui amènent un ministre à parler de petit dealer pour un tueur sanguinaire, 4 fois assassin en quelques heures, y compris d'un fidèle serviteur de l’État. Ces aménagements de pensée qui empêchent les autorités de tenir un langage clair à une population qui l'attend pourtant désespérément.



Le parcours de l'assassin interpelle également à nouveau, arrêté et emprisonné plusieurs fois, (5). Il devient urgent de traiter ce genre d'aberration dans le classement des fichés S, sous peine de voir ce genre de situation se renouveler. . C'est irresponsable sur le fond et insultant pour les citoyens rigoureux. Par ailleurs et suite à cet attentat et l'exécution par le G.I.G.N du terroriste, son quartier de résidence a été le théâtre d'exactions et de manifestations de soutien (6).
Ces réactions plus que choquantes sont malheureusement le signe que l'idéologie islamiste se propage efficacement dans certaines zones du pays et qu'elle a bel et bien à voir avec le terrorisme n'en déplaise aux tenants du multiculturalisme heureux. Associée aux trafics en tous genres, elle crée l'espace nécessaire à la propagation de cet anti-républicanisme de plus en plus visible et aux divisions communautaristes. Il est donc illusoire de penser faire l'économie d'une confrontation avec les services de l'État pour restaurer la cohésion nationale, mise à mal.



Le combat contre ces divisions orchestrées par des puissances étrangères, de l’État Islamique avec Daesh, des pays du Golfe persique avec le wahhabisme ou à la très introduite Confrérie des frères musulmans dans toutes les couches de la société, doit être total. Dans l'intérêt de nos compatriotes musulmans et de celui de l'ensemble de la population qui vit dans la peur. Et ce quelle que soit la pression des boutiquiers islamistes et des voix communautaristes.



Nous le devons à nos morts, l’État nous le doit.

Notre premier droit est de vivre libre et le premier devoir de l’État est de nous protéger !

Et non de s'apitoyer sur notre sort en éludant les questions qui fâchent. Cette mandature vient de commencer, et nous constatons que le nouveau monde se différencie peu, hélas, de l'ancien !


Nous présentons nos condoléances les plus solennelles aux familles des victimes.

 

Association Esprit Laïque


Esprit Laïque
est une association apolitique, citoyenne, pluraliste, de défense de la
loi de 1905, de la laïcité et des valeurs démocratiques et
républicaines.


Retrouvez nous sur Facebook.
https://www.facebook.com/groups/espritlaiquefrancophone/

contact mail : esprit.laique.asso@gmail.com

 

références:

(1)http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2018/03/23...

(2)http://www.lemonde.fr/societe/video/2018/03/23/tre...

(3)http://www.lepoint.fr/societe/qui-est-le-gendarme-...

(4)https://www.marianne.net/debattons/tribunes/m-le-p...

(5)http://www.sudouest.fr/2018/03/23/attaques-a-carca...

(6)https://france3-regions.francetvinfo.fr/occitanie/...

https://www.marianne.net/debattons/forum/la-republique-de-l-emotion-ou-la-republique-de-l-action

Logo forum

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau